Bienvenue dans l'écosystème de la 5G

La 5G est une nouvelle technologie de réseau mobile, mais pas seulement. En France, c'est un écosystème en plein essor. On vous présente ses acteurs clés.

Publié le 20-10-2020
5G

ecosysteme 5G

Vous avez entendu parler de la 5G : cette nouvelle génération de communications mobiles promet de dynamiser l'économie et l'innovation. Sa commercialisation et son déploiement devraient débuter fin 2020 dans notre pays. Mais connaissez-vous l'écosystème qui la sous-tend ? 


Qui sont les opérateurs de la 5G ?

D'abord, il y a les opérateurs historiques qui se sont engagés dans l'aventure. Depuis le 29 septembre 2020, date des enchères 5G, ils se répartissent 11 blocs de fréquences hertziennes appartenant à l'État et jusqu'ici inutilisés, dans le cadre des enchères chapeautées par l'ARCEP. Il y aussi les opérateurs de réseau mobile virtuel (les MVNO), qui sont en quelque sorte les sous-traitants des opérateurs historiques. Ils ont contracté avec eux des accords qui leur permettent d'utiliser leur réseau sous leur propre marque. Avec l'arrivée de la 5G, on ne serait pas étonné d'en voir arriver de nouveaux sur le marché.

Quel est le rôle des équipementiers et des constructeurs ?

Les équipementiers sont les entreprises qui fournissent le cœur de réseau, à savoir les installations techniques, les antennes, etc.
Les constructeurs, eux, proposent les terminaux mobiles pour utiliser les services fournis par les opérateurs. Les enjeux techniques et financiers des constructeurs sont de taille car la 5G nécessite un matériel adapté, mais ils seront bientôt tous en mesure de se positionner sur cette technologie. Certains modèles de terminaux sont dès à présent compatibles avec le réseau 5G, cependant, cette compatibilité devient effective à partir de l’activation du réseau des opérateurs et après avoir effectué une mise à jour du système. Avoir souscrit à un forfait 5G est également un prérequis.

Qui sont les différents arbitres ?

L'ARCEP, qu’est-ce que c’est ? C'est l’Autorité́ de régulation des communications électroniques et des postes. On la surnomme "le gendarme des télécommunications". Entre accompagnement, régulation et pouvoir de sanction, sa fonction est majeure. Elle encadre les enchères et veille à la juste compétitivité́ du marché́ ainsi qu'au bon aménagement numérique du territoire. Du côté des arbitres, on trouve aussi l'ANFR (l'Agence nationale des fréquences), qui contrôle les antennes et gère l'ensemble des fréquences radioélectriques en France. Ces deux institutions sont les garantes de la protection des consommateurs.
Il y a aussi l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI) qui délivre – ou non – des autorisations d'exploitation de matériel 5G aux opérateurs : leur durée varie entre trois et huit ans.


Qui sont les bénéficiaires de la 5G ?

En France comme ailleurs, le grand public sera le 1er bénéficiaire de la 5G. Quant aux entreprises, elles seront les premières bénéficiaires de cette technologie sur la dimension potentielle d’innovation de ce nouveau réseau (secteur de l’industrie, domaine de la recherche, etc.), et les premiers effets devraient être notables à compter de 2023, lorsque le réseau sera mature. Dans une étude de 2020, la GSM Association estime qu'elle apportera 2 200 milliards de dollars à l'économie mondiale d'ici à 2035, avec l'émergence d'usages majeurs comme le secteur des véhicules connectés et celui des usines intelligentes.

Les progrès attendus avec la 5G amélioreront le quotidien des Français, tant dans leur travail que dans leurs déplacements, leur vie quotidienne ou encore leurs loisirs. En parallèle, ils auront peu à peu accès à un service mobile d'une très grande qualité, communiquant avec leurs proches dans le confort et la fiabilité.