Vitesse, mobilité, flexibilité : la vidéo déjà dans l’ère de la 5G

Publié le 28-04-2021
5G
Image
illustration visio conference

 

Pour les entreprises de solutions vidéo, la 5G est pleine de promesses. Rencontre avec deux entreprises qui expérimentent d’ores et déjà le réseau de demain.

Avec les véhicules autonomes, c’est l’un des domaines où l’application de la 5G est la plus évidente : moins de latence donc une possibilité de réaction en direct même à des milliers de kilomètres et une bande passante plus large pour plus de données, l’industrie de la vidéo surveille le développement de la technologie de près.

A 5G lab d’Orange, les experts ont accompagné deux compagnies. Rencontres.

Vogo : Le sport sous tous les angles

La première agit dans le milieu du sport – la sport tech. Fondée depuis 2013, Vogo a été introduite en bourse en 2018 pour une valeur d’environ 40 millions d’euros et propose des solutions pour les fans et spectateurs et les professionnels de l’événementiel sportif.

Côté fans, Vogo propose une appli pour avoir accès en direct aux flux de caméras qui filment l’événement, depuis l’intérieur du stade. Le spectateur a ainsi accès à différents angles de vues – pratique par exemple pour des sports comme le golf ou la course automobile -, peut rembobiner et consulter des informations additionnelles, type statistiques ou vues des coulisses. Plusieurs clubs de foot ou de rugby ont souscrit à cette offre : le Stade Toulousain, l’AS Monaco, le RC Lens... ont intégré la solution dans leur appli.

Côté professionnel, Vogo équipe les myriades de professions pour qui l’accès à la vidéo est essentiel : arbitre, entraîneur, médecins etc. En rugby, 30 stades sont ainsi équipés de la solution pour les aider dans le protocole des diagnostics de commotions cérébrales, explique Barbara Desmaret, directrice commerciale de Vogo.

De la route de campagne à l’autoroute

Pour Barbara Desmaret, le passage de la 4G à la 5G est comme « passer d’une route de campagne à une autoroute ». « Le tuyau de débit pour diffuser de l’audio ou de la vidéo est beaucoup plus puissant. On pourra pousser la puissance dans l’enceinte sportive mais aussi travailler sur ces outils à distance. » La distance : un élément clé pour le développement de cette compagnie. « Aujourd’hui, c’est possible mais il faut installer la fibre entre chaque stade et unité centrale. » Une solution onéreuse et surtout fixe : à chaque changement de stade, les infrastructures deviennent caduques. « Avec des antennes 5G, cela devient beaucoup plus souple et flexible. »

2020 a été pour l’entreprise l’occasion de tester ses solutions sur un terrain grandeur nature. À Châtillon déjà, où Orange a des antennes 5G en place, puis à Roland Garros où le public, bien que réduit à 1 000 personnes, Covid-19 oblige, a pu profiter de quatre flux live en très haut débit. « Cet essai confirme totalement notre technologie, la possibilité d’amener de nouvelles expériences et de nouvelles solutions digitales sur des événements. »

Kalyzee : l’enseignement à distance

Pour Kalyzee aussi, une entreprise de solution vidéo pour l’enseignement à distance, 2020 aura été l’année crash test. « On a vendu 350 caméras depuis le premier confinement », se félicite Stéphane Barbati, co-fondateur et ancien enseignant-chercheur. Cette entreprise issue du milieu universitaire permet de filmer et de diffuser les cours en direct, en intégrant le support de présentation du professeur. La caméra, 9 000 euros en tarif plein (les entrepreneurs ont mis en place des tarifs préférentiels spéciaux Covid), réalise automatiquement le montage. L’une des différences avec d’autres applications de visioconférence, utilisées par beaucoup d’enseignants pendant le confinement, est la qualité des données transférées. « Certaines solutions dégradent la qualité de la vidéo pour privilégier le son », explique Stéphane Barbati. Pour Kalyzee, les deux flux se valent – une fonctionnalité qui permet une plus belle qualité de distanciel mais demande plus de bandes passantes.

Mobilité et flexibilité

Pour ce lauréat du Challenge 5G Orange de la ville de Marseille, la 5G a des avantages certains. D’abord, la faible latence permettra des échanges en direct aussi qualitatifs qu’avec un téléphone. Ensuite, cela donnera une flexibilité et une mobilité à la solution. « L’une des difficultés majeures actuelles est l’accès au réseau. C’est ultra sécurisé, il faut passer les firewalls, obtenir des autorisations. Le « slicing », ou découpage en tranche du réseau, permettra également de sécuriser la confidentialité des données qui transitent par celui-ci, explique-t-il. Confiants du potentiel de la technologie, les entrepreneurs développent déjà des caméras qui intègrent la 5G.

De son côté, Orange parie sur la solution : l’entreprise est en train de faire l’acquisition de 31 caméras pour déployer sur leurs formations internes. Avec un défi supplémentaire : des formations multi-centres en simultanées. Pour Kalyzee, le challenge est accepté !