Niveaux d’ondes et smartphones 5G : l’Agence Nationale des Fréquences fait le bilan

Publié le 3-12-2021
4G/4G+ 5G

Les smartphones équipés de la technologie 5G émettent-ils plus d’ondes que les smartphones 4G ? C’est la question à laquelle l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) a souhaité répondre au travers d’une nouvelle étude, publiée en octobre.

Des seuils conformes à la loi

L’ANFR est une institution publique dont une des missions est de surveiller la conformité technique des équipements radioélectriques comme les terminaux mobiles par exemple. En 2021, elle a analysé le niveau d’ondes reçus par le corps humain - Débit d’Absorption Spécifique ou DAS -, de plusieurs dizaines d’appareils. Parmi eux, 13 téléphones 5G commercialisés en France.

Les 13 appareils testés ont tous présenté des seuils en dessous du seuil maximal fixé par la loi pour l’énergie. Ce dernier est de 2 w/kg au niveau du buste, et de 4 w/kg pour les membres susceptibles d’être en contact direct avec un appareil, comme par exemple : la main, le bras (avec un brassard pour courir) ou sur la cuisse et bas ventre (lorsque l’on range son mobile dans la poche).

Une différence par rapport à la 4G ?

Selon l’ANFR, il n’existerait pas non plus de “différence significative entre le DAS d’un téléphone 4G fonctionnant en fréquences basses, et celui d’un téléphone 5G dans les mêmes bandes”.

Lire aussi : 5G : Faut-il avoir peur des ondes ?

 

Pour mesurer le niveau d’ondes, l’Agence s’est basée sur plusieurs données, comme la puissance maximale d’émission du téléphone. Elle a également pris en compte la coexistence de la 4G et de la 5G. En effet, un mobile 5G peut utiliser simultanément les 4ème et 5ème générations.

La dernière donnée prise en compte est le mode d’envoi des données, ou duplexage. On distingue deux types de duplexage. Celui par séparation fréquentielle est utilisé en 4G et en 5G pour les bandes basses. C’est lui qui permet à l’appareil d’émettre et réceptionner des données sur deux plages de fréquences différentes. Il existe aussi le duplexage par séparation temporelle, utilisé uniquement avec la 5G. On n’utilise alors qu’une seule bande de fréquence, tour à tour pour l’émission ou la réception.

Dans le premier cas, “comme l’antenne 4G émet en permanence et l’antenne 5G par intermittence, précise l’ANFR, le DAS maximal est principalement induit par l’antenne 4G”. Dans le cas d’un duplexage par séparation temporelle, l’augmentation du nombre d’ondes reste faible : d’après l’étude, le téléphone n’émet en effet pas plus de 20% du temps dans ce mode-là. Le DAS est alors augmenté de 0,4% au niveau du tronc, de 1,8% pour la main ou sous la poche du pantalon.

Chaque année, l’ANFR vérifie les niveaux d’ondes émis ou reçus par les smartphones présents sur le marché. Seuls deux appareils, qui n’étaient pas des téléphones 5G, ont été jugés non conformes cette fois. Une mise à jour logicielle a permis à leurs constructeurs de rectifier le tir.