Vers la modernisation numérique de la France

Publié le 7-02-2022
Fibre

Le plan “France Très Haut Débit” (THD) lancé par le gouvernement en 2013 a pour objectif de donner accès aux usages numériques à tous les citoyens.  Plus concrètement, il s’agit de pour tous les français de pouvoir accéder à un internet performant, avec débit d’au minimum de 30 mégas d’ici 2025.

20 milliards d’euros ont jusqu’ici été injectés dans ce plan dans le développement et d'amélioration des infrastructures, dont 3,3 milliards par l’Etat. Des investissements colossaux, afin d’accélérer la couverture intégrale du territoire en Très Haut Débit (THD) et permettre de renforcer la compétitivité et l’attractivité économique du pays.

Où en sommes-nous ?

La fibre : un pic de déploiement en 2021 et des territoires ruraux qui passent progressivement au Très Haut Débit.
Avec 63% des logements et locaux professionnels rendus éligibles à la fibre1, Orange est la locomotive du déploiement de cette technologie en France. Et la France est aussi le pays le plus fibré d'Europe, devant l'Espagne, l'Allemagne ou l'Italie avec un total de 28,5 millions de locaux éligibles1  aux offres Fibre à fin septembre 2021.
Le déploiement de cette technologie est un projet industriel d’une dimension exceptionnelle, sans précédent en volume et en intensité, qui connaît peu d’équivalent en Europe. C’est le réseau d’internet fixe le plus fiable et le plus performant jamais construit. A titre de comparaison, la France sera totalement fibrée en 10/15 ans contre 40 ans pour la téléphonie fixe, et alors même qu’il a fallu 90 ans pour développer le réseau électrique français.
Cette transition vers des réseaux plus performants a été accélérée par la situation sanitaire, qui exigeait que chacun puisse télétravailler de chez soi dans de bonnes dispositions. “La période de confinement a démontré plus que jamais le besoin en connectivité partout en France”, indiquait ainsi Michel Jumeau, directeur exécutif adjoint d’Orange France.

Du Haut Débit également fourni grâce aux satellites et au réseau mobile
Parallèlement à la fibre, sur des territoires plus accidentés, le réseau mobile et le satellite sont aussi des moyens de terminer le maillage du Très Haut Débit.
Ainsi, Orange s’est associé à Eutelsat dès 2020 pour permettre de fournir une offre Très Haut Débit par Satellite à ses clients des zones les plus isolées. Et depuis janvier 2021, c’est via son partenaire NordNet que ces offres sont commercialisées. C’est une manière pour l’opérateur, de ne laisser personne sans solution de connectivité et de permettre à chacun de participer à une société du tout-numérique.
La connectivité à la maison peut également passer par le réseau mobile. Avec un réseau 4G couvrant désormais 99,5% de la population française, Orange peut également d’amener l’internet haut débit chez les français via sa 4G Home.
 

Image
FTHD
Observatoire du Très Haut Débit – étude 2021 – Avicca, InfraNum et Banque des Territoires

A ce titre Jean Castex a annoncé le renforcement de l'aide de l'Etat aux particuliers ne disposant pas d'une connexion internet filaire suffisante. Une aide, via son dispositif Cohésion Numérique des Territoires, qui passera de 150€ à 300€ à partir du 3 avril 2022.

Nous le constatons tous quotidiennement le Très Haut Débit est incontournable. La société française s’est fortement digitalisée avec des administrations qui font désormais de l’internet le passage obligé pour les citoyens. Ainsi, que ce soit pour les impôts, l’état civil ou la scolarité des enfants, nombreuses sont les démarches qui nécessitent le recours à une connexion internet.

Si cette mutation des administrations avait déjà bousculé les usages digitaux des français, la crise sanitaire, quant à elle, les a révolutionnés. Recours massif au télétravail, école à distance, apéro visio, plateformes de contenus sur internet, VOD…tous ces usages ont littéralement explosé, faisant passer encore plus rapidement la société française dans l’ère du tout numérique.
Avec cette accélération, le plan « France Très Haut Débit » prend tout son sens : depuis la crise sanitaire chacun a pris conscience de l’importance d’une bonne connectivité, encore plus quand on la partage avec des enfants qui jouent en ligne…

Lire aussi : Les loisirs surfent sur la 5G

De même pour les entreprises, de meilleures connexions et une latence réduite constituent le nerf de la guerre, gages d’une meilleure réactivité et compétitivité. Par ailleurs, aujourd’hui, il est quasiment impossible pour elles, de ne pas être présentes sur internet, que ce soit via un site web ou sur les réseaux sociaux. Si la crise sanitaire a accéléré la digitalisation – à marche forcée – de certaines entreprises françaises, le passage au digital a été la planche de salut pour nombre d’entre elles.

Image
fibre

Le Très Haut débit : une évolution inéluctable vers la modernisation des réseaux et une contribution à la transition écologique

Comme on l’aura compris, toute la société se numérise et le processus vers des connectivités plus performantes est désormais inéluctable. Désormais la fibre optique représente 43%  des abonnements internet sur réseaux fixes alors même que les abonnements haut débit sur support cuivre continuent de baisser.
Ainsi, peu à peu, les anciens réseaux laissent la place aux nouveaux, plus performants mais également moins énergivores. Ainsi le passage à la fibre divise par 3 la consommation énergétique de l’accès fixe et le passage à la 5G augmente de 90% l’efficacité énergétique de la donnée transportée3.

C’est pourquoi, la 4G et désormais la 5G annoncent à terme la disparition de la 2G et la 3G. Quant à la Fibre, elle s’annonce également comme la principale remplaçante du réseau cuivre. Déjà quelques communes françaises sont en train de vivre cette transition technologique afin de préparer le plan de fermeture de ce réseau. C’est la 1ère étape d’un chantier industriel colossal qui se fera de façon progressive sur une période d’environ 10 ans.

1Observatoire ARCEP HD / THD T3 2021
2 Source ARCEP Observatoire THD fixe T3 2021
3 Etude Economie des Telecom – déc 2021 - Arthur D. Little pour la Fédération Française de Télécommunications