Trois endroits incroyables connectés à Internet

Publié le 26-01-2022
5G
Image
Un satellite qui gravite dans l'espace

Trois endroits incroyables connectés à Internet

Dans les transports en commun, sur les sites touristiques, les plages, les stations de ski ou tout simplement depuis le canapé du salon : en France, Orange vous accompagne au quotidien avec sa couverture mobile 4G et 5G et son réseau Internet fixe, pour une expérience en ligne toujours plus rapide et efficace.
Mais si, un beau matin, vous décidiez sur un coup de tête de partir en voyage vers le sommet de l’Everest ou en orbite autour de la Terre, pourriez-vous toujours profiter d’une connexion à Internet ? Eh bien, peut-être !

Comment obtenir Internet depuis la station spatiale internationale ?

Mais comment Thomas Pesquet faisait-il, avant son retour sur la terre ferme le 12 novembre, pour tweeter et nous faire parvenir de magnifiques photos depuis la station spatiale internationale (ISS) ? Une livebox 5 est-elle confortablement installée dans la station, en orbite perpétuelle autour de la Terre ?
C’est un peu plus compliqué que ça. L’ISS se trouve à 400 km d’altitude et voyage à 28 000 km à l’heure, aussi les astronautes n’ont pas accès à des antennes relais. C’est en réalité un système complexe utilisant en priorité un réseau satellitaire en orbite haute, à plus de 30 000 km au-dessus de la Station (réseau TDRS), qui renvoie l’information à des relais au sol, à Houston notamment. Un accès personnel pour les astronautes qui existe depuis 2010, comme l’explique la NASA.

Concernant Thomas Pesquet, l’Agence spatiale européenne (ESA) expliquait à Libération qu’il envoyait ses tweets à son équipe pour qu’ils se chargent de les mettre en forme et de les publier. Mais il arrive aussi au spationaute français de se charger lui-même des publications. D’ailleurs, les astronautes de l’ISS ne peuvent pas seulement tweeter : ils peuvent aussi avoir la télévision en direct lors de “grands événements en direct comme le Super Bowl”, expliquait-il à Franceinfo.

Au sommet de l’Everest, des yacks et une antenne 5G

Rapprochons-nous un peu de la Terre - mais en restant toujours sur les hauteurs ! C’est en effet au sommet de l’Everest qu’a été installée la plus haute station 5G au monde, à 6 500 mètres d’altitude. Plus de 60 ans après la première ascension de l’Everest en 1953, l’opérateur China Mobile a installé trois antennes 5G sur la chaîne de montagne en 2020.
Plus de 150 personnes, accompagnées de yaks, ont été nécessaires pour transporter et installer 25 kilomètres de câble fibre optique et 8 tonnes de matériel dans cette station éphémère située sur le versant nord de l’Everest, en 2020. Une station temporaire, restée sur place quelques semaines, puisque ces installations avaient pour objectif prioritaire de permettre de mesurer avec précision la hauteur du sommet. Mais aussi de réaliser un programme télévisé, qui a été diffusé à la télévision d’Etat chinoise.

La fibre optique en Antarctique, bientôt une réalité ?

Cette prouesse là n’a pas encore été réalisée, mais c’est peut-être pour bientôt. Depuis plusieurs mois, la National Science Foundation (NSF) américaine planche sur l’idée de tirer un câble optique depuis l’Australie jusqu’à l’Antarctique, comme l’organisme l’explique sur son site officiel.

Alors que le Continent Blanc est le seul au monde à être entièrement coupé du haut débit, le besoin se fait pressant pour la base scientifique McMurdo. Celle-ci, située sur l’île de Ross, peut accueillir jusqu’à 1000 personnes durant l’été pour effectuer des travaux de recherches. Or, les chercheurs ne peuvent pour le moment bénéficier que d’une bande passante par habitant limitée et extrêmement faible, obtenue par satellite.
Pour faciliter le travail des scientifiques, mais aussi leur permettre de communiquer plus facilement avec le reste du monde, l’Australie et les Etats-Unis penchent donc sur un projet commun de câble sous-marin vers l’Atlantique.