5G et santé

Le déploiement de la 5G pose beaucoup de questions, notamment en ce qui concerne son impact sur la santé des utilisateurs. Entre rumeurs et faits avérés, il peut parfois être difficile de démêler le vrai du faux. Pour autant, le réseau de téléphonie mobile 5G ne représente pas un danger réel pour la santé des utilisateurs. Découvrons ensemble pourquoi.

Qu’est-ce qu’un champ électromagnétique ?

D’une manière générale, les champs magnétiques sont présents tout autour de nous et en permanence. En effet, les champs électromagnétiques sont créés dès lors qu’un courant électrique circule. Ils peuvent apparaître au cours d’un orage, ou être générés par certaines activités humaines, notamment à travers des équipements de télécommunications, comme les antennes-relais.

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), le rayonnement électromagnétique peut être traduit par une série d’ondes régulières électriques et magnétiques qui progressent à la vitesse de la lumière. L’intensité du champ électrique se mesure en volt mètres (V/m). Pour déterminer le niveau d’une onde électromagnétique, on observe en général la fréquence, qui s’exprime en Hertz, ainsi que la longueur d’onde. 

En savoir plus sur les ondes radiofréquences

sante_picto

Les différents types d’ondes électromagnétiques

Il existe deux types d’ondes radioélectriques :

  • Les ondes ionisantes : ces ondes sont parmi les plus dangereuses et peuvent avoir des effets biologiques néfastes sur les utilisateurs. Elles sont assimilées à des rayons gamma, émis par la radioactivité ou des rayons X utilisés dans l’imagerie médicale, par exemple. 
  • Les ondes non-ionisantes : ces ondes sont inoffensives. Elles comprennent à la fois les ondes magnétiques basses fréquences émises par les télécommandes ou les détecteurs de mouvements, par exemple, mais aussi les radiofréquences émises par le WiFi ou les réseaux de téléphonie mobile.

La 5G émet-elle plus d’ondes que la 4G ?

La particularité des antennes réseaux utilisées pour la 2G, 3G et 4G réside dans le fait qu’elles émettent en permanence des ondes hertziennes, et ce, dans toutes les directions. Cependant, la puissance des antennes émettrices est limitée en France. La 5G n'émet donc pas "plus d'ondes radiofréquences” que la 4G.

Les bandes de fréquences utilisées pour la 4G s'étendent de 700 MHz à 2,6 GHz. Chacune possède des caractéristiques qui lui sont propres. En outre, plus une fréquence est basse, plus elle pénétrera dans les bâtiments ou portera sur une longue distance à puissance égale. Une bande haute présentera plus facilement des performances élevées, mais portera sur une distance moindre et sera plus efficace en extérieur.

La 5G Orange utilise la fréquence cœur de la 5G : celle des 3,5 GHz. Grâce à la largeur de bande acquise par Orange, celle-ci présente les meilleures performances en débit, mais sera efficace surtout en extérieur.

Les antennes 5G, contrairement aux 4G, n'émettent pas en continu dans toutes les directions pour assurer la connectivité des clients. Elles n'émettent qu'à la demande et uniquement vers l'équipement de l'utilisateur qui sollicite le service (téléchargement, streaming, etc.). Cela a pour effet de réduire leur consommation d'énergie et de limiter l'exposition aux radiofréquences.
 

Quel est le seuil légal autorisé en termes d’exposition aux ondes électromagnétiques ?

Pour garantir la sécurité des usagers par rapport aux ondes électriques diffusées par les antennes d’émission de la 5G, des normes ont été établies par l’OMS :

  • Les valeurs limites d’exposition de 61 V/m pour les fréquences hautes dépassant les 2 GHz sont inscrites dans la loi française ;
  • En France, selon les campagnes de mesures de l’ANFR (Agence nationale des fréquences), l’exposition aux ondes radioélectriques est majoritairement inférieure à 2 V/m. 

5G et santé : quel danger ?

En février 2022, L’ANSES a publié un nouveau rapport concernant les effets potentiels de la 5G sur la santé des utilisateurs en France. Cette dernière estime “peu probable que le déploiement de la 5G entraîne de nouveaux risques pour la santé, en comparaison avec les générations de téléphonie précédentes”.

Orange s’assure de la conformité de l’ensemble de ses sites et de ses installations 5G. Dans le cadre de l’implémentation des antennes relais de téléphonie mobile, notamment sur un site comportant déjà une antenne relai 3G ou 4G, des réglages techniques sont effectués par les opérateurs de téléphonie mobile (par exemple : une réduction des émissions électromagnétiques des antennes mobiles déjà présentes) pour que le rayonnement global soit toujours bien inférieur au seuil légal, et ce, pour n’importe quelle génération mobile (3G, 4G, 5G). 

5G et santé : la question des téléphones portables

En plus des antennes de téléphonie mobile, les terminaux mobiles, comme les smartphones, émettent également des ondes électromagnétiques. Pour protéger les utilisateurs et prévenir les éventuels risques pour la santé, des normes ont, là aussi, été établies par les pouvoirs publics. 

Les rayonnements émis par les terminaux sont exprimés en DAS (Débit d’Absorption Spécifique). Les limites fixées par la législation varient en fonction de la partie du corps humain exposé (tête, tronc et membres). Ces taux de DAS sont contrôlés par l’ANFR qui demande systématiquement le retrait des équipements qui ne respectent pas ces limites.

En tant qu’opérateur responsable, Orange relaie donc largement les bonnes pratiques d’utilisation des téléphones mobiles pour préserver la santé des utilisateurs.